2005/10/03

BEN ALLISON QUARTET ENCERRA JAZZ-OEIRAS

O conhecido contrabaixista nova-yorquino, compareceu, acompanhado de Ron Horton no trompete, Steve Cardenas na guitarra e Michael Sarin na bateria, dia 1 de Outobro no Auditório Eunice Muñoz.

Foi um concerto de música inteligente aquele que nos foi oferecido por este grupo de intérpretes-improvisadores. Partindo de temas populares ou "outros", o agrupamento desenvolveu-os sempre de forma interessante, criando surpresas ao nível do discurso, trabalhando com subtilidade os contrastes, mantendo uma elegância "paradigmática" na secção rítmica e apresentado solos onde o fogo de artifício esteve ausente, sempre em favor de uma música bem pensada e bem executada.

Outro concerto de nível máximo para encerrar um festival que, esperamos, irá saber manter esta grande qualidade nas suas próximas edições. E já agora, realizar os eventos numa sala maior uma vez que ficaram pessoas à porta. Neste concerto, nomeadamente. AST












PARIS (AP) - Le député UMP des Hauts-de-Seine Patrick Devedjian a assuré mardi que le processus d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne était "réversible", jugeant que ce pays "n'est pas un Etat démocratique".
"Je (le) crois et je l'espère parce qu'il y a 35 chapitres qui doivent être analysés par l'Union européenne et auxquels la Turquie doit satisfaire", a-t-il expliqué sur France-Info. Et "il faut que les 25 pays de l'UE statuent à l'unanimité pour dire qu'il y a satisfaction."
Le conseiller politique du président de l'UMP considère que la Turquie est "très loin du compte: ce n'est pas un Etat démocratique, c'est encore un pays qui pratique la torture aujourd'hui, qui refuse la liberté d'expression".
Dans un entretien au "Figaro", l'ex-ministre "ne voit pas pourquoi la Turquie d'Erdogan serait exemptée de ce que nous avons exigé pour le Portugal de Salazar, l'Espagne de Franco, la Grèce des colonels, et, tout récemment pour la Croatie". De plus, "l'île de Chypre fait désormais partie du territoire européen, et l'armée turque occupe une partie de ce territoire. Pour la première fois de son histoire, l'Union européenne négocie avec une armée d'occupation!"
Quant à l'argument du club "chrétien", Patrick Devedjian rétorque que l'Union est d'abord "un club de démocrates". "M. Erdogan est le plus mal placé pour nous reprocher, à nous Européens, de former un club confessionnel. Il faut rappeler qu'il dirige un pays qui a chassé pratiquement tous les chrétiens et les juifs."
"Je crois que je suis dans le sens de l'histoire parce que l'histoire de la Turquie, je la connais très bien par une histoire familiale douloureuse", a encore souligné M. Devedjian, qui est d'origine arménienne. http://fr.news.yahoo.com (mardi 4 octobre 2005, 12h33)







PARIS (AFP) - L'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing a exprimé mardi "regret" et "tristesse" de voir s'éloigner "le grand projet français d'une union politique de l'Europe", au profit d'une "grande zone de libre-échange".
Au lendemain de l'ouverture des négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne, Valéry Giscard d'Estaing, qui y est opposé, a souligné sur RTL que "la France avait un grand projet: l'union politique de l'Europe", mais n'aura désormais "plus de message à porter".
"On s'aperçoit qu'on a refusé de donner des institutions à l'Europe et qu'on a laissé faire deux élargissements supplémentaires qui vont manifestement transformer l'Europe en zone de libre échange. Voilà mon regret", a-t-il expliqué, critiquant en creux, et sans jamais le citer, le président Jacques Chirac.
Il a souligné que dans la même année, "on aura rejeté la réforme des institutions et on aura accepté sans avoir de Constitution, sans avoir de budget, l'entrée du plus grand pays et du plus pauvre, situé hors du continent européen". http://fr.news.yahoo.com (mardi 4 octobre 2005, 10h26)














e-mail: criticademusicaATyahooPUNTOfr